Le centre de ressources régional sur l'orientation, la formation et l'emploi en Provence-Alpes-Côte d'Azur état | région | partenaires sociaux

L'actualité

Résultats : 581
Pôle Emploi publie une étude portant sur les "pratiques et impact des activités réduites".
Pôle Emploi a publié le 18 août dernier les résultats des travaux menés sur le thème de l’activité réduite, par cinq laboratoires que l`agence a sélectionnés, avec le concours de son conseil scientifique, dans le cadre d’un appel à propositions de recherches.
Au-delà de la diversité des pratiques observables des activités réduites, plus souvent subies que choisies, leurs effets sont globalement positifs. En permettant de conserver un lien étroit au monde du travail, l’activité réduite évite le plus souvent de s’enfermer dans la précarité et de bénéficier d’un « effet tremplin » pour sortir du chômage et accéder à un emploi plus durable. De plus, dans un contexte où les formes particulières d’emploi se diffusent et deviennent de moins en moins atypiques, l’attitude des recruteurs peut bénéficier à ceux qui ont connu le temps partiel ou les emplois temporaires entrecoupés de périodes de chômage, dès lors que cette situation devient banale dans le métier considéré.
Vous pouvez consulter cette étude (de 300 pages) en suivant ce lien
Détachement de travailleurs : un décret met en œuvre la dématérialisation de la déclaration préalable de détachement
À compter du 1er octobre 2016, les employeurs établis à l’étranger qui détachent des salariés en France devront effectuer la déclaration préalable de détachement sous forme dématérialisée. Quant aux employeurs du secteur des transports qui détachent des salariés roulants ou navigants en France, ils devront passer à l’attestation de détachement dématérialisée à partir du 1er janvier 2017. C’est ce que prévoit le décret n° 2016-1044 du 29 juillet 2016, publié au JO du 31 juillet, accompagné de la délibération de la Cnil le concernant.
À cette fin, la DGT (Direction générale du travail) est autorisée à mettre en œuvre un traitement de données à caractère personnel dénommé Sipsi (Système d’information sur les prestations de services internationales). Ce système informatique a trois objets :
- "permettre l’accomplissement par les entreprises établies hors de France et détachant des salariés en France de leurs formalités déclaratives en utilisant un service en ligne ;
- faciliter le contrôle du respect par les employeurs détachant des salariés en France des dispositions légales, réglementaires et conventionnelles qui leur sont applicables ;
- assurer un suivi statistique de la situation du travail salarié en France".
Vous pouvez consulter le décret n° 2016-1044 du 29 juillet 2016 en suivant ce lien, ainsi que la Délibération n° 2016-160 du 19 mai 2016
Source: AEF Social RH, Dépêche n°542854
Un salarié français sur deux prêt à partir à l’étranger pour le "bon travail" (étude Randstad Workmonitor)
Quitter la France pour décrocher le travail tant espéré ? D’après un communiqué rendu public le 25 juillet 2016, les salariés français seraient partagés. En effet, un salarié français sur deux est prêt à déménager à l’étranger pour y occuper l’emploi qui lui plaît, selon la dernière étude Randstad Workmonitor.
18 % quitteraient sans hésiter l’Hexagone pour l’emploi de leur rêve, tandis qu’un tiers (32 %) le ferait volontiers. Inversement, la perspective de franchir les frontières pour avoir le "bon job" laisse indifférent la moitié des salariés interrogés. L’étude révèle que c’est en Inde et au Mexique que les salariés seraient les plus nombreux à sauter le pas. Fait intéressant, à l’exception du Japon, les seuls pays dans lesquels une majorité de salariés ne seraient pas prêts à vivre à l’étranger, même pour le bon emploi, se trouvent tous en Europe.
D’autre part, les seuls pays de l’UE affichant une majorité de salariés ouverte à l’idée d’un départ à l’étranger pour saisir une opportunité professionnelle sont, à l’exception du Royaume-Uni et de la Hongrie, des pays du sud de l’Europe éprouvés par la crise. Les salariés d’Espagne (65 %), d’Italie (61 %), de Grèce (57 %) et du Portugal (54 %) sont en majorité favorables à cette idée. Une disposition qui fait écho à "l’exode de nombreux jeunes, Espagnols et Grecs surtout, qui ont quitté leur pays entre 2011 et 2013, au plus fort de la crise qui frappait alors leur pays, dans l’espoir de trouver du travail sous des cieux plus cléments", ajoute l’étude menée par Randstad Workmonitor.
Source AEF Social RH: Dépêche n°542656
Zéro chômage de longue durée : les territoires ont jusqu’au 28 octobre 2016 pour se porter candidats à l’expérimentation.
Le dossier d’appel à candidatures pour les territoires souhaitant participer à l’expérimentation "visant à résorber le chômage de longue durée" a été publié sur le site de l’association gestionnaire du fonds d’expérimentation, vendredi 29 juillet 2016. La mise en ligne de ce dossier de candidature intervient au lendemain de la publication du décret cadrant la mise en œuvre de l’expérimentation.
L’expérimentation concernera "dix territoires pour une durée de cinq ans" et "sera complémentaire des politiques publiques de l’emploi actuellement menées". La liste des territoires retenus "sera arrêtée par la ministre sur proposition du fonds d’expérimentation d’ici novembre prochain". Par ailleurs, Patrick Valentin (ATD Quart Monde) a été désigné comme directeur de l’association gestionnaire du fonds.
"L’expérimentation territoriale visant à résorber le chômage de longue durée a connu une nouvelle étape vendredi 29 juillet avec la sortie de son appel à candidatures", se félicite Myriam El Khomri dans un communiqué diffusé vendredi 29 juillet 2016. La ministre du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social indique avoir signé ce même jour "l’arrêté ministériel approuvant le cahier des charges" de cette expérimentation, qui devrait être publié au Journal officiel dès le 30 juillet.
L’appel à candidature est pour sa part téléchargeable sur le site de l’association gestionnaire du fonds d’expérimentation.
Si vous souhaitez avoir plus d`information sur le projet "Territoires Zéro Chômeur de longue durée", rendez-vous sur le site Internet dédié.
Artisans : les conseils de la formation des chambres de métiers ont financé 69 000 formations en 2015 (DGE)
Plus de 69 000 chefs d’entreprises artisanales et auto-entrepreneurs ont bénéficiés, en 2015, d’une formation financée par un "conseil de la formation" des chambres régionales de métiers et de l’artisanat et des chambres de métiers et de l’artisanat de région.
Le bilan d’activité 2015 de ces derniers vient d’être publié par la DGE (Direction générale des entreprises) du ministère des Finances. Il montre que l’an passé, plus de 40 M€ issus des contributions des chefs d’entreprises artisanales et des auto-entrepreneurs ont été utilisés par ces "conseils de la formation".
Vous trouverez plus d`information en consultant l`article complet d`AEF.
Source: AEF
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur Préfet de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur L'Europe s'engage en France Action co-financée par l'Union Européenne Erasmus