Le centre de ressources régional sur l'orientation, la formation et l'emploi en Provence-Alpes-Côte d'Azur état | région | partenaires sociaux

L'actualité

Résultats : 508
Lutte contre le décrochage
En Pays de la Loire, 27000 jeunes sont sortis du système scolaire sans qualification équivalente au baccalauréat ou sans diplôme à finalité professionnelle (CAP/BEP). Jacques AUXIETTE, Président du Conseil régional, a demandé au CESER d`étudier les conditions d`un raccrochage réussi et en particulier les partenariats entre les acteurs publics et privés.
Au terme des rencontres avec 70 acteurs intervenant dans le repérage ou la prise en charge des jeunes sortis du système scolaire sans solution, se dégage l’urgence d’une évolution du système éducatif passant par une meilleure coordination des acteurs, une prise en compte de la diversité des publics et de l`accompagnement social.
Vous pouvez consulter cette études sur le site du CESER Pays de la Loire
Source: GREF Bretagne
Les jeunes de 18 à 24 ans. Tome III - Les jeunes ni lycéens ni étudiants
Portrait des jeunes adultes ni lycéens ni étudiants : alternants, jeunes actifs, au chômage au décrocheur. statistiques, politiques emploi et de raccrochage.
Cette étude du Haut Conseil de la Famille est consultable en ligne sous format PDF.
Source: GREF Bretagne
L`enseignement et la formation professionnels : une solution pour prévenir la sortie précoce du système éducatif et y remédier
Des recherches récentes mettent en lumière le rôle de l’enseignement et de la formation professionnels pour éviter le décrochage des jeunes et favoriser leur réinsertion, indépendamment de leur parcours antérieur. Une note d`information publiée par le CEDEFOP est en ligne
Pour consulter cette note d`information, consultez le site du GREF Bretagne
Source: GREF Bretagne
Les écoles de la deuxième chance : donner aux jeunes décrocheurs les moyens de réussir
Face au fléau du décrochage scolaire, qui concerne chaque année près de 150 000 jeunes, des initiatives se multiplient pour permettre à ces « décrocheurs » de ne pas tomber dans l`exclusion.
Dispositif méconnu, les Écoles de la deuxième chance, créées dans le prolongement du livre blanc « Enseigner et apprendre - vers la société cognitive » de la Commission européenne présenté lors du Conseil européen de Madrid de décembre 1995, accueillent chaque année plus de 14 000 jeunes âgés de 16 à 25 ans sortis du système scolaire.
S`appuyant sur une maquette pédagogique originale fondée sur la remise à niveau des savoirs fondamentaux et la multiplication des stages, les Écoles de la deuxième chance permettent à ces jeunes, rencontrant la plupart du temps d`importantes difficultés scolaires et sociales, de définir un projet professionnel adapté à leur profil et à leurs aspirations. Avec un taux de sortie positive de près de 60 pourcents, ce dispositif a fait les preuves de son efficacité.

À la suite de leur mission de contrôle budgétaire sur ce dispositif, François Patriat et Jean Claude Requier, rapporteurs spéciaux du budget de la mission « Travail et emploi », proposent dans ce rapport le développement du réseau selon cinq axes principaux :
1- Renforcer et institutionnaliser la coordination des dispositifs de lutte contre le décrochage scolaire et entre écoles ;
2- Améliorer la visibilité du dispositif en développant les actions de communication et en dotant l`attestation de compétences acquises, délivrée en fin de scolarité, d`une véritable reconnaissance juridique ;
3- Renforcer le suivi des anciens stagiaires et développer de nouveaux indicateurs de performance ;
4- Poursuivre le développement territorial du réseau, en particulier dans l`ouest de la France ;
5- Consolider le financement des écoles en actualisant la circulaire de 2009 fixant les modalités de participation de l`État au financement des écoles et en précisant aux organismes collecteurs les règles relatives à la répartition de la taxe d`apprentissage par circulaire. [résumé éditeur]
Pour en savoir plus: consultez la synthèse de ce rapport.
Source: GREF Bretagne
Une école de la réussite pour tous
L’école n’arrive pas à atténuer les inégalités dues à l’origine sociale ou culturelle : elle trie dès le plus jeune âge et, loin de combler ces inégalités, elle les aggrave.
Le Conseil économique, social et environnemental a été l’un des premiers à le dénoncer en septembre 2011.
Dans cet avis, le CESE a voulu montrer qu’une école de la réussite pour tous est possible. Il a mené plus de 200 auditions et rencontré des acteurs de l’éducation qui innovent. Dans une approche originale, il a fait participer à ses travaux des parents vivant dans la grande pauvreté, adoptant avec eux la démarche de « Croisement des savoirs ». Ne laisser aucun élève au bord de la route, tel est le sens des préconisations ici. Le CESE souligne également l’importance d’ouvrir l’école aux parents, notamment à ceux qui en sont les plus éloignés, et met en avant des pédagogies coopératives. [Résumé éditeur.].
Cet avis estconsultable en ligne sur le site du CESE
Source: GREF Bretagne
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur Préfet de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur L'Europe s'engage en France Action co-financée par l'Union Européenne Erasmus